Accessibilité

S'identifier / Créer un compte S'identifier



Vous n'avez pas encore de compte ? Inscrivez-vous !

 

Menu

Accueil / PRATIQUER l'éco-rénovation / Conseils techniques / Agrandir ou transformer / Granges

<meta property=

Et si on aménageait un loft rural, dans la grange ?

Les granges présentent  plusieurs intérêts architecturaux, tels que les volumes ouverts, les plans libres de cloisonnement et des percements originaux et contrastés (grande porte charretière et petites ouvertures des étables). C'est l'occasion d'aménager un espace contemporain ouvert, lumineux et original : le loft rural.
Le résultat final de la transformation peut permettre de lire et comprendre la vocation initiale et l'histoire de la grange, tout en répondant aux besoins des modes de vie actuels.

Etablir un diagnostic patrimonial et technique

La grange est un bâtiment soumis à une évolution constante liée aux pratiques agricoles. Avant de l'habiter, il est  nécessaire de comprendre le bâtiment d'un point de vu patrimonial et technique.
Le diagnostic est triple :

  • Analyser le bâti existant d'un point de vue patrimonial les caractéristiques et l'architecture (dimensions, rythmes des ouvertures, détails de constructions, ornementations, matériaux...).
  • Établir un diagnostic structurel de l'état existant, afin de s'assurer de la bonne stabilité et d'identifier les faiblesses du bâti (profondeur des fondations, matériaux des murs, rythme des travées*, état de la charpente...).
  • Établir un relevé détaillé des cotes (dimensions au sol et en hauteur) de la grange, afin d'appréhender le volume et la surface disponible .

Le résultat de ce diagnostic va permettre de faire le choix du type d'intervention. Pour un projet global, il sera judicitieux de reprendre les éléments complets de la démarche d'éco-rénovation.
Le projet d'aménagement résultera ainsi des caractéristiques du bâtiment et de la définition des besoins d'espaces de
l'habitant : surface, organisation, confort, qualité…

Exemples d'aménagements

Aménagement d'une grange de maison bloc

aménagement grange maison bloc
Programme : aménagement de 2 appartements en triplex.

La porte de grange est conservée et sert de sas d'entrée aux 2 logements.Les espaces de «jour» se prolongent vers l'extérieur, en relation directe avec le jardin. Les espaces de service (cuisine, toilettes, salle de bain, buanderie) se superposent, afin d'optimiser la mise en place des réseaux (eau sanitaire, évacuation, ventilation...). Afin d'assurer l'éclairage naturel et l'aération dans la salle de bain des bandes vitrées ont été placées dans le plan de la toiture, cela ne perturbe pas la lisiblité du volume du schopf.

Exemple d'aménagement d'une grange de maison cour

aménagement grange maison cour
Programme : aménagement de 5 logements privatifs et un logement mutualisé.

Veiller à maintenir un équilibre entre les espaces habités et les espaces libres, en évitant une surdensification qui nuirait à la qualité de vie des habitants. Chaque logement a sa terrasse ou sa loggia et profite d'un espace de loisirs mutualisé. La cour commune est divisée en 2  espaces qui s'inspirent de l'usage originel préservant certains éléments (pavages, puits, murets) : une zone de circulation des véhicules et un espace de jardin.

Choix d'occupation de l'espace

Utilisation partielle du volume ou Principe de la «Boîte dans la Boîte»

 Ce principe consiste à ne pas s'appuyer sur la structure porteuse du bâtiment. Ainsi, on crée une seconde peau avec une structure indépendante et désolidarisée* à l'intérieur de la grange. Cela permet de maîtriser la surface du logement et les performances thermiques et phoniques de l'enveloppe. Les espaces couverts restants peuvent être utilisés comme jardin d'hiver, atelier, espaces de jeux.

boite dans la boite aménagement de grange

Utilisation complète du volume

L'enveloppe de la grange est le volume habitable. Elle devra assurer le clos et couvert du logement et garantir son confort thermique. Ce qui peut s'avérer plus complexe, car il faudra palier à l'ensemble des ponts thermiques liés à la mise en place d'une isolation intérieure.

aménagement volume grange

Quelques exemples

exemples aménagements de granges

Aménagement extérieur et gestion des espaces collectifs

La transformation d'une grange en espaces habités, que ce soit pour du logement ou de l'activité professionnelle, engendre une réflexion sur l'aménagement des abords : l'accès, le stationnement, les espaces d'accueil et d'intimité, le jardin et le potager...

aménagements extérieurs aménagement de grange

le Découpage parcellaire

Plusieurs possibilités se présentent lors d'un projet d'aménagement de logements :
Conserver une seule parcelle* :
- mise en location du/des logement(s) créé(s),
- création d'une copropriété avec vente du / des logement(s) créé(s) et mise en commun de certains espaces (par ex : chaufferie, buanderie, espaces de stationnement, jardin...).
Division en plusieurs parcelles :
- création de plusieurs propriétés par la vente d'une partie du terrain avec le(s) logement(s) créé(s).

la cour

La cour constitue un espace patrimonial qui jouait un rôle tant fonctionnel (activités agricoles et stockage) que social (favorisant la rencontre et le lien). Aujourd'hui, cet espace peut conserver sa vocation d'usage collectif.
Pour y créer des espaces intimes (terrasse par ex) et garder une lisibilité d'ensemble, il est préférable de planter des haies basses de charme ou de noisetier plutôt que de maçonner un mur.

L'accès

Comment se font les accès véhicules et piétons à la parcelle ? Existe-t-il une voie permettant un accès depuis l'arrière de la parcelle? Quel sera le nouvel usage de la cour ou de l'usoir* ?
Des solutions sont envisageables pour l'accès aux bâtiments : un accès commun à l'ensemble des logements ou un accès privatisé par logement,selon la configuration des lieux.

Le stationnement

Les documents d'urbanisme peuvent indiquer un nombre minimum de stationnements en fonction du nombre et de la surface des logements créés. Plusieurs solutions de stationnements sont possibles :
- dans le volume de la grange, en exploitant la travée principale,
- sous l'appentis du Schopf,
- sur l'usoir* ou dans la cour, l'emplacement peut être végétalisé, afin de s'intégrer de manière discrète.


Chaque type d'intervention est soumise à un cadre réglementaire spécifique, référez-vous à la page "démarches administratives"

Conseil techniques

Il est préférable de faire appel à des professionnels, architectes, charpentiers, maçons pour les travaux de transformations de granges. Leurs conseils vous permettront d'identifier les potentialités et les faiblesses du bâtiment.

Les fondations

Les granges étaient autrefois construites sans étude technique particulière et avec une mise en oeuvre simple des matériaux locaux. Les fondations, souvent peu profondes, ne représentent qu'un empilement minime de pierres.
Un des premiers diagnostics est de réaliser des sondages à plusieurs endroits du bâtiment afin :

  • de mesurer leur profondeur et l'état de la maçonnerie,
  • d'identifier la nature et la résistance du sol,
  • de vérifier leur stabilité et le potentiel de reprise de charges ajoutées par le projet

Les murs

Gonflement et écartement

Il est important d'identifier les matériaux employés pour la construction des murs car ces bâtiments, en constante évolution, sont souvent constitués de murs composites. Ceci peut entraîner des problèmes de stabilité entre deux murs, car les matériaux ne travaillent pas de la même manière.
Pour éviter les fissures et le gonflement on peut, par exemple :

Dégradations courantes : les planchers des étables, à l'origine construits en bois, ont souvent été remplacés par des dalles en poutrelles métalliques et hourdis en béton grossier. Ce remplacement peut entraîner des pressions au niveau des murs du fait du surpoid et du comportement moins souple des matériaux. La jonction entre les poutrelles métalliques et les moellons de pierre peut créer des éclatements.

Humidité

L'humidité dans les granges est en général bien gérée, elle est certes présente dans les murs, mais elle est bien ventilée. Ce bâtiment n'étant pas destiné à être habité par l'homme, il n'y a aucun matériau d'étanchéité mis en œuvre.
Une fermeture trop étanche de la grange provoquerait des problèmes de condensation, d'infiltration et de remontée capillaires.

Dans le futur aménagement, il faudra permettre aux murs et au sol de continuer à respirer sans accumuler l'eau.

Dégradations courantes : les sols des étables, à l'origine en terre battue ou en pavés scellés dans un mortier de chaux, ont été remplacés par des sols en chape béton comprenant le profil d'évacuation des déjections des animaux. Ce qui entraîne une imperméabilisation du sol et favorise la remontée d'humidité dans les murs.

Pour palier à ce problème, il est conseillé d'enlever sur 20 cm le béton le long des murs afin de favoriser une évaporation de l'humidité. Cette solution est aussi valable pour l'extérieur le long des façades : éviter les revêtements étanches, type enrobé, dalle béton, jusqu'au pied de la façade.

La charpente

La charpente participe à la stabilité du bâtiment et la moindre dégradation doit être identifiée avant d'entreprendre des travaux. Il est nécessaire de faire réaliser un diagnostic de l'ensemble des pièces de bois par un charpentier.


Dégradations courantes :

Les dégradations courantes sont dues aux infiltrations d'eau : principalement au niveau des intersections des pièces de bois. S'il n'y a plus de lien, l'ensemble de la charpente est déstabilisé et peut entraîner des problèmes structurels de l'ensemble du bâti comme par exemple l'écartement des murs.

Et aussi : un grand nombre de charpentes ont été destructurées et leur triangulation d'origine changée : suppression de pièces de bois, reprises de charge aléatoire. Ces modifications sont dues à la mécanisation de  l'agriculture : la charpente traditionnelle n'était pas adaptée à la mise en place d'une griffe mobile sur rails suspendus, destinée à simplifier le déchargement du foin.

Dans ce cas, il est important de faire vérifier par un professionnel, si ce nouvel assemblage assure toujours une stabilité par rapport aux poussées (vent, neige, couverture).

L'isolation

Constitués par des matériaux issus des ressources locales, non polluantes et renouvelables, ces murs ont un comportement hygrométrique* qui favorise l'évacuation de l'humidité. La mise en place d'isolants conventionnels (polystyrène, laine minérale avec pare-vapeur) étanches à l'eau peuvent entraîner des dégradations des murs.

Il est conseillé de mettre en oeuvre des isolants naturels (ouate de cellulose, chanvre, laine de bois, paille...) qui respectent au mieux les qualités hygrométriques sans perdre leur pouvoir isolant. Ils ont une capacité à rester perméables à la diffusion de la vapeur d'eau. Ainsi, leurs caractéristiques sont les plus proches des matériaux anciens comme les murs en moellons* de grès, en pans de bois et torchis.


En complément

Vidéocasts :

réinvestissement d'une grange

D'abord c'était un coup de cœur, et puis ensuite on avait déjà la perspective d'avoir un lieu d'habitation familiale, et moi de mon coté d'avoir un espace de travail. Le corps de ferme s'imposait puisqu'il y


 

Vous avez des questions ?

Vous souhaitez rencontrer un conseiller ?

Par ici, nous avons des réponses  ! 

 

Vidéos

Vidéos

 

On parle beaucoup  de la rénovation thermique en France. C'est un des enjeux d'avenir pour retrouver une indépendance énergétique et développer des emplois. Eco-rénover pour économiser. "J'éco-rénove,  j'économise ! " L'éco-rénovation c'est isoler son logement, pour consommer moins d'énergie. Mais éco-rénover c'est beaucoup plus, quand on parle de bâti ancien ! Qu'en est-il réellement ?