Accessibilité

S'identifier / Créer un compte S'identifier



Vous n'avez pas encore de compte ? Inscrivez-vous !

 

Menu

Accueil / PRATIQUER l'éco-rénovation / Conseils techniques / Restaurer ou entretenir / Enduits de façades

<meta property=

Restaurer ou entretenir vos enduits de façades

L'enduit et la finition peuvent présenter différents types de désordres. Ils peuvent être liés à un défaut de mise en oeuvre, au vieillissement de l'enduit ou à des pathologies plus graves. En cas de doute, il est indispensable de faire appel à un professionnel, car avant toute mise en oeuvre d'un nouvel enduit il est important de déterminer la cause des désordres relevés.

Décollement de l'enduit : Un manque d'adhérance au support

Il se traduit par des décollements par plaques ou des gonflements de surface. Il peut provenir de :

  • L'humidité du mur : Ces effets peuvent être dus à la présence de vapeur d'eau (phénomène de condensation, choc thermique) qui ne peut s'évacuer. Souvent c'est la nature de l'enduit qui rend la façade étanche et ne permet pas la respiration du mur.
  • Des mouvements du bâti : Les grosses fissures accompagnées du décollement de l'enduit peuvent provenir de mouvements du bâti. Les petites fissures accompagnées de faïençage* peuvent résulter d'un retrait de l'enduit de finition provenant éventuellement d'un mauvais dosage, d'un séchage trop rapide ou de mauvaises conditions hygrométriques.
  • La nature du support : L'enduit et le support ne sont pas toujours compatibles, l'accrochage ne se fait pas forcément (sous-couche absente ou mauvaise préparation du support).

Vous voyez des traces dans l'enduit

  • Les auréoles : proviennent de l'humidité dans le mur.
  • Les efflorescences : proviennent de la migration des sels à la surface de l'enduit. Ces sels peuvent être issus des excrétions des animaux (salpêtre) ou des sels migrants dans la pierre par la remontée d'humidité par capillarité.

 Conseil techniques

Reprise total de l'enduit

Pour préserver le bâti ancien, il est préférable de refaire un enduit à la chaux naturelle, pour sa porosité permettant au mur de respirer. Préferer la chaux au ciment (matériau non poreux) pour la confection du mortier.
L'enduit sera mis en oeuvre en trois couches, avec une préparation préalable du support : piquage total de l'ancien enduit, dégarnissage et nettoyage des joints à la brosse. Bien mouiller le mur avant application du gobetis (1ère couche).

Reprise partielle de l'enduit

Le plus souvent seule la dernière couche d'enduit, la couche de finition, est à refaire. Veiller à ne pas rattraper les irrégularités du mur par des surépaisseurs d'trop importantes. L'enduit doit arriver au nu du pan de bois ou des éléments en pierre de taille. Eviter les enduits trop rugueux (grain trop important) car les poussières s'y accrochent et salissent le mur.
On cherchera à retrouver la finition d'origine, soit tirée à la truelle, soit talochée :

  • l'enduit ”tiré à la truelle“, brut et d'aspect légèrement rugueux. Cette finition était généralement laissée de teinte naturelle, celle du sable utilisé : beige, ocre, gris et pouvait être agrémentée de liserés de bordures tracés en creux ou simplement peints à la chaux. Il peut également être décoré par la technique du ”Kratzputz“, décor gratté en creux dans l'enduit encore frais.
  • l'enduit ”taloché“, donc à surface lisse. Il se prête à recevoir des peintures décoratives à base de lait de chaux teintées par des pigments naturels ocres ou oxydes.

La couleur est donnée soit :

  • par le sable utilisé pour l'enduit,
  • soit par coloration de l'enduit dans la masse avec des pigments naturels,
  • soit par un badigeon au lait de chaux, coloré par pigments naturels, qui assurera également un rôle de protection de l'enduit.

Variante pour l'enduit de finition

Les finitions doivent être les mêmes que celles d'un enduit traditionnel. L'utilisation d'un enduit teinté dans la masse (par un pigment coloré ou du sable incorporé dans l'enduit) prêt à l'emploi, peut être admise. Il s'agit d'un enduit de parement minéral, à base de silicates ou de chaux, sans adjonction de résines ou de fibres synthétiques (il doit rester poreux).
Attention, il faut vérifier la composition du produit en évitant la présence de ciment et d'adjuvant."

Variante pour le badigeon

L'utilisation d'une peinture prête à l'emploi de type minéral, à base de silicate de potassium ou de chaux peut être admise. La peinture devra être poreuse pour permettre une bonne ”respiration“ du mur."

La peinture minérale (composée à 90% de minéraux). Elle peut s'utiliser en finition appliquée sur la couche de finition d'un enduit traditionnel à la chaux. Une peinture à la chaux ne peut théoriquement pas s'appliquer sur un silicate (enduit ou peinture), mais l'inverse est possible (silicate sur chaux). Peinture à la chaux et peinture silicatée ne pourront pas s'appliquer sur une ancienne peinture organique. Dans ce cas, on pourra utiliser une peinture organique compatible avec le support existant, qui devra avoir un aspect mat.

Reprise des fissures

Il est important de vérifier si la fissure évolue. Si elle est stable, un piquage partiel (sur 15 cm de part et d'autre), un nettoyage puis un bouchage à l'aide d'un mortier de chaux naturelle est envisageable.

Choisir une teinte

Outre les nuances obtenues par le sable local, les teintes des enduits et des peintures variaient selon les secteurs paysagers, voire même selon les villages.

Traditionnellement, le blanc semble avoir été la couleur la plus usuelle et la moins coûteuse suivie de l'ocre jaune, du bleu, du rose et du vert pâle. Leur utilisation reposait sur la disponibilité du colorant à un prix abordable et sur des phénomènes de mode.

Aujourd'hui, quelques idées simples peuvent guider le choix des couleurs :

  • chercher une harmonie avec les maisons voisines et le paysage de la rue,
  • préférer les couleurs qui se rapprochent le plus des teintes données naturellement par le sable local (des couleures chaudes : rosé, orangé...),
  • éviter les couleurs trop vives, trop sombres ou trop saturées,
  • prendre en compte le volume , la situation et l'exposition de la maison,
  • chercher une harmonie d'ensemble entre façade, toiture, soubassement et volets

On pourra se référer aux conseils de spécialistes et aux prescriptions définies localement quand elles existent (présence de charte couleur dans le parc naturel régional des Vosges du Nord), en se renseignant en mairie.

On peut aussi chercher à retrouver les enduits d'origine, en grattant les couches successives notamment au niveau des parties cachées telles que la sous-face du toit, l'arrière des volets…

 

Vous avez des questions ?

Vous souhaitez rencontrer un conseiller ?

Par ici, nous avons des réponses  ! 

 

Vidéos

Vidéos

 

On parle beaucoup  de la rénovation thermique en France. C'est un des enjeux d'avenir pour retrouver une indépendance énergétique et développer des emplois. Eco-rénover pour économiser. "J'éco-rénove,  j'économise ! " L'éco-rénovation c'est isoler son logement, pour consommer moins d'énergie. Mais éco-rénover c'est beaucoup plus, quand on parle de bâti ancien ! Qu'en est-il réellement ?