Accessibilité

S'identifier / Créer un compte S'identifier



Vous n'avez pas encore de compte ? Inscrivez-vous !

 

Menu

Accueil / COMPRENDRE l'éco-rénovation / Ce qu'il faut savoir / Murs et humidité

<meta property=

Pathologies liées à l'humidité dans les murs anciens

Dans une paroi, l’eau est présente sous 2 formes :

  • liquide (pluie en surface des enduits, fuites structurelles et  remontées par capillarité dans l’épaisseur)
  • vapeur (températures et humidités relatives de l’air intérieur et extérieur générant un différentiel de pression et les migrations de molécules d’eau à travers les matériaux).

L’eau contenue ne peut être évacuée que par évaporation. Si son évaporation est entravée (enduits et revêtements imperméables), l’eau se concentre dans la paroi et progresse par capillarité. Les matériaux arrivent rapidement à saturation et se dégradent petit à petit : tassement, risque de gel, moisissures, fissuration, décollement des enduits.

Les remontées capillaires

Dans le même registre, mais à des endroits singuliers, le comportement des matériaux en terme de gestion de la  pression capillaire et d‘exposition directe aux intempéries peut également être modélisé. En pied de façades, elle  explique le vieillissement prématuré des enduits, des lisses basses en bois, voire des maçonneries. Associé au gel, les teneurs en eau des matériaux sont à apprécier finement pour éviter tout vieillissement accéléré.

Phénomènes physiques : migrations d’humidité

De façon permanente, l’air et dans une moindre mesure les matériaux, contiennent et transportent la vapeur d’eau , d’aérosol, par gradients de températures et de pressions différentielles. Il s’agit de l’interaction des trois phénomènes suivants :

  • Phénomène de saturation de l’air et de pression surfacique : le Diagramme de Mollier (joint en ANNEXE) exprime les facteurs déclenchant des transferts d’humidité et de modification d’ambiances par saturation de l’air liée aux modifications de sa température et de son humidité.
  • Phénomène de saturation en eau des matériaux : l’équilibre est à rechercher en permanence ; un éventuel surplus doit pouvoir être évacué et ne jamais s’accumuler.
  • Phénomène de résistance à la vapeur d’eau : chaque matériau dispose de ses propres caractéristiques, hydrophobe, régulant, hydrophile, résistance et seuil de saturation.

Les pathologies spécifiques au grès ou au pan de bois

Dans les maisons mixte, on retrouvera particulièrement des problèmes d'humités à la jonction entre bois et maçonnerie.
Pour les maisons en pierre  la dégradation des moellons et de leurs joints, sont très fréquent, de même que les dégradations de façades :  décollements d'enduits ou auréoles . Enfin pour les maisons à pan de bois, il s'agira le plus souvent de dégradation de la sablière.

L'isolation d'un mur à pan  de bois ou en pierre, peut pertuber l'évaporation de l'humidité et générer de nombreux problèmes structurels et sanitaires. Soyez très vigilant lors du choix de votre isolant.


En complément

Images :


mur_avec_isolation_interieure.jpg
mur_avec_isolation_interieure.jpg
Point de rosée derrière l'isolant. Risque de gel dans le mur

mur_sans_isolation.jpg
mur_sans_isolation.jpg
Point de rosée dans la maçonnerie ou l'enduit.

mur_avec_isolation_exterieure.jpg
mur_avec_isolation_exterieure.jpg
Pas de condensation dans le mur.


 

Vous avez des questions ?

Vous souhaitez rencontrer un conseiller ?

Par ici, nous avons des réponses  ! 

 

Vidéos

Vidéos

 

On parle beaucoup  de la rénovation thermique en France. C'est un des enjeux d'avenir pour retrouver une indépendance énergétique et développer des emplois. Eco-rénover pour économiser. "J'éco-rénove,  j'économise ! " L'éco-rénovation c'est isoler son logement, pour consommer moins d'énergie. Mais éco-rénover c'est beaucoup plus, quand on parle de bâti ancien ! Qu'en est-il réellement ?