Accessibilité

S'identifier / Créer un compte S'identifier



Vous n'avez pas encore de compte ? Inscrivez-vous !

 

Menu

Accueil / COMPRENDRE l'éco-rénovation / Ce qu'il faut savoir / Couverture / Charpente

<meta property=

Couverture / Charpente

Les constructions traditionnelles rurales sur le territoire du Parc présentent des toitures à forte pente et le plussouvent à deux pans. Cette forme ne répond pas à descritères esthétiques mais dépend de la nature des matériauxde la couverture et de la fonction de l’espace sous la toiture (dépendances, schopf,appentis... ).Les types d’essences de bois employés sont différents selon les pièces qui constituent lacharpente et proviennent des forêts proches. Le chêne, bois noble et résistant est utilisé pour les poutres maîtresses et les résineuxpour les pièces secondaires (les chevrons et les voliges).

La charpente

La charpente est constituée d’un assemblage de pièces en bois destinées à porter la couverture.

Les fermes – La triangulation

fermeLa charpente traditionnelle est composée de fermes. La ferme est une structure triangulée qui fournit à la charpente une stabilité face aux poussées (vents, neige, couverture).

L’évolution du type de charpente s’est développée en fonction :
- des besoins d’utilisation des combles : nécessité de libérer l’espace
- de l’importance de la portée : nécessité d’agrandir les constructions
- type de couverture

Ferme simple

ferme simpleLa charpente est uniquement constituée de chevrons assemblés à leur extrémité, qui constituent eux-mêmes une succession de  fermes. Cette charpente se retrouve sur des constructions ayant une faible portée.

 

Ferme debout

ferme deboutC’est un assemblage simple qui comprend des poteaux (pieds droits) sur lesquels repose la charpente.

 

Ferme couchée

ferme couchéeC’est un assemblage complexe où les poteaux sont remplacés par des arbalétriers*et des jambes de forces*.
C’est la disparition des pieds droits qui libère de l’espace. Cette conception permet l’ajout d’étages successifs sous les combles par la superposition de structures autonomes.

Evolution de la couverture

Au fil du temps, la forme et la taille des tuiles ont évolué. Originellement, il semblerait que l’ensemble des toitures était préférentiellement couvert de chaume. Ce matériau nécessite une forte pente afin d’assurer une bonne étanchéité, ce qui explique cette typologie de toiture à deux pans.Elle peut être posée suivant deux techniques

La couverture simple

couverture à simple recouvrementLes tuiles sont alignées les unes par rapport aux autres et se recouvrent à 1/3. L’étanchéité à la pluie est assurée par des minces bardeaux en bois appelés échandoles ou « Schindel ». C’est une couverture économique par le nombre de tuiles nécessaires (28/m²).

 

La couverture double 

couverture à double recouvrementL’étanchéité est assurée par une pose décalée des tuiles les unes par rapport aux autres (44/m²).

 

 

 Les systèmes constructifs

La charpente est composée d’une ossature principale, dont le rôle est de supporter la couverture et de résister aux intempéries, surtout au poids de la neige et aux poussées du vent. La structure secondaire s’appuit sur les pannes. Elle est constituée de chevrons, de coyaux, d’un lattage, d’un matériau de couverture.
La forte inclinaison du toit et la présence d’un entrait rendent inutile la panne faîtière. Les chevrons s’assemblent au faîtage à mi-bois.

La croupe

croupeC’est un pan coupé du toit au niveau des pignons. Souvent définie comme un style du charpentier, elle permet de réduire la prise au vent et donc d’alléger la charge sur l’ensemble tout en protégeant le bois. Cela évite également de monter un mur ayant une charge trop importante au niveau des pignons.

 

La cheminée

cheminéeElle est maçonnée et enduite au mortier de chaux naturelle comme le reste de la maison. Les extrémités sont souvent coiffées d’une mitre constituée par l’assemblage de morceaux de briques et de tuiles.
La fonction de ces éléments est d’augmenter le tirage, protéger du vent et de la pluie.

 

 

La ferme

Assemblée à tenons et mortaises et chevillée, la ferme à entrait retroussé est composée de pannes, d’arbalétriers et d’aisseliers.

couverture charpente

1) Le coyau

C’est une pièce rajoutée en partie basse des chevrons. La toiture a ainsi une pente plus faible. Cette différence d’inclinaison dessine une brisure sur la silhouette de la toiture. Le fait de repousser loin des façades l’eau de pluie permet une protection de l’enduit ou du pan de bois de la façade. Traditionnellement, ces toitures ne sont pas équipées de gouttières.

2) Les auvents

Les auvents ont un rôle essentiel dans la protection des façades en pan de bois et plus particulièrement des sablières. Généralement ancrés juste sous les fenêtres à l’étage, leur structure prend appui sur les sablières. Leur couverture est identique à celle du toit et ne présente pas de gouttière. Présents sur les pignons mais aussi sur les longs pans, les auvents peuvent jouer le rôle de galerie couverte afin d’avoir un passage protégé.

3) La rive

Le débord de toiture, au niveau des pignons, est le plus souvent faible ou absent. Les rives sont traitées de manière simple et fine. Il n’existait pas de tuiles de rives ou d’abouts. La finition était réalisée par superposition et découpe de tuiles scellées par un mortier de chaux naturelle. Pour les maisons en pierre, la finition est réalisée à l’arase du mur*. Pour les maisons à pans de bois, la finition est réalisée par une planche de bois avec un débord de 15 cm.

4) La couverture

Traditionnellement, elle est composée soit :
- de tuiles plates rouges à bouts arrondis ou pointus, en argile cuite dites « queue de castor » ou « Bieberschwantz » (dimension traditionnelle : 16x38 cm)
- de tuiles canal.
L’ensemble est soutenu par un lattis.

5) Le faîtage

Les tuiles faîtières ont un profil demi cylindrique et sont scellées au mortier de chaux naturelle. Le dernier rang de tuiles est doublé par un second rang s’accrochant directement sur le dos de la première.

Les ouvertures

Les ouvertures originelles au niveau des toitures permettent une aération des pièces de bois constituant la charpente. On les trouve ponctuellement sous forme de tuiles chatières ou de lucarnes rampantes de petites dimensions. Les chiens assis restent exceptionnels.
La ventilation et la prise de lumière se font par les ouvertures du pignon.

 Pour aller plus loin, voir nos conseil techniques sur les Charpente / Couverture

 


En complément

Fichiers joints :

  • recto-charpente2012-imp.pdf
    Télécharger
    fiche technique complête sur les charpente 1/2
  • verso-charpente2012-imp.pdf
    Télécharger
    fiche technique complête sur les charpente 2/2

 

Vous avez des questions ?

Vous souhaitez rencontrer un conseiller ?

Par ici, nous avons des réponses  ! 

 

Vidéos

Vidéos

 

On parle beaucoup  de la rénovation thermique en France. C'est un des enjeux d'avenir pour retrouver une indépendance énergétique et développer des emplois. Eco-rénover pour économiser. "J'éco-rénove,  j'économise ! " L'éco-rénovation c'est isoler son logement, pour consommer moins d'énergie. Mais éco-rénover c'est beaucoup plus, quand on parle de bâti ancien ! Qu'en est-il réellement ?