Accessibilité

S'identifier / Créer un compte S'identifier



Vous n'avez pas encore de compte ? Inscrivez-vous !

 

Menu

Accueil / PRATIQUER l'éco-rénovation / Conseils techniques / Agrandir ou transformer / Percements / ouvertures

<meta property=

Bien définir ces percements ou ouvertures

Avant de commencer d'envisager de nouveaux percements prenez le temps de comprendre votre façade.

Dans le cas de la création de percements, il est indispensable de faire appel à des professionnels : maçon pour les maisons pierre, charpentier pour les maisons à pans de bois, couvreur pour les toitures.

Pour une  maison en pierre
La structure porteuse est constituée de quatre façades en maçonnerie de moellons de grès ou de calcaire, le contreventement est assuré par des murs de refends intérieurs. Les interventions sur ce type de murs peuvent se faire librement en respectant les descentes de charge : les vides doivent se superposer en façade (continuité des éléments porteurs, murs pleins, sur la hauteur de la façade). Les ouvertures existantes sont délimitées par des encadrements en pierre de taille. Les baies sont plus hautes que larges, pour diminuer la portée des linteaux et favoriser la pénétration du soleil dans la profondeur des pièces. Les menuiseries extérieures doivent faire l'objet d'une attention particulière.

Pour une maison à pans de bois
La structure porteuse est constituée d'une ossature bois dont les éléments en diagonale assurent le contreventement. Le positionnement et la taille des ouvertures existantes dépendent de la forme du colombage.
Les interventions sont limitées, il est conseillé de ne pas élargir les percements existants pour y mettre en place un châssis de fenêtre de taille standard, afin de ne pas déstabiliser l'ensemble du système constructif.

L'emplacement des ouvertures dépend du rythme des éléments porteurs verticaux. Il ne faut pas enlever les pièces diagonales qui assurent le contreventement de la structure. Il est plus judicieux d'évider certains remplissages et de mettre en place une menuiserie indépendante de la structure, afin de maîtriser l'isolation et l'étanchéité à l'air.

Créer une nouvelle fenêtre

En priorité, bien choisir son emplacement en fonction de la façade, de sa structure et des ouvertures existantes. Les nouvelles ouvertures respecteront les axes des travées sans créer de symétrie quand elle n'existe pas à l'origine. Cas d'une façade ordonnancée :

  • aligner les nouvelles ouvertures avec les anciennes,
  • reprendre le gabarit des anciennes ouvertures,
  • maintenir la symétrie de la façade,
  • recréer les encadrements. Cas d'une façade non ordonnancée :
  • équilibrer la façade par la position et la dimension des nouvelles ouvertures
  • ne pas chercher à recréer un ordonnancement.

Quoiqu'il arrive, les percements seront dépendants du principe constructif du bâtiment

Les percements constituent un point sensible dans un mur, car ils le fragilisent et provoquent une forte déperdition thermique. L'orientation et la protection d'une façade face aux intempéries sont des données essentielles dans le placement des percements. Il faut définir le nouveau percement en fonction des facteurs bioclimatiques. En limitant les percements sur la façade nord, vous limitez également les déperditions thermiques, car c'est la façade qui reçoit le moins d'ensoleillement. En ouvrant vers le sud, vous apportez un ensoleillement directe et augmenter les apports thermiques solaires. Des ébrasements intérieurs assurerons une meilleure diffusion de la lumière.

La décision de transformer ou créer un nouveau percement dans un bâtiment ancien dépend également des besoins,
de l'aménagement intérieur. En plus de son rôle hygiéniste (apport de lumière naturelle + ventilation), un percement permet de mettre en valeur des vues, à travers des cadrages et de recréer un lien avec l'espace extérieur.

La transformation peut correspondre à :

  • l'agrandissement d'une baie existante ou à la réduction maîtrisée d'une baie. Ces modifications doivent permettre la lecture du percement d'origine et être réversibles. Elles doivent respecter l'ordonnancement de la façade d'origine
  • le remplacement d'un type de menuiserie lié à un changement d'usage comme par exemple les portes charretières* remplacées par une structure vitrée.

La création correspond à de nouvelles ouvertures conçues :

  • à l'identique avec un même langage architectural : mêmes proportions et matériaux ;
  • en continuité avec l'existant : mêmes proportions, mais matériaux différents ;
  • en dialogue avec l'existant : expression contemporaine.

L'expression contemporaine :

  • percement, en dialogue avec l'existant, cadrages horizontaux, verticaux, larges baies ;
  • recomposition par la création d'une façade rideau. Elle assure l'unité visuelle, quelle que soit l'organisation des percements en arrière plan : bardages bois, bardage métal, résille métallique, façade végétalisée, façade vitrée. L'unité des matériaux et la conception globale facilitent l'intégration dans le paysage urbain.

Le choix de la modification du gabarit d'une ouverture peut engendrer une évolution dommageable du point de vue patrimonial. Dans certains cas, il vaut mieux conserver les ouvertures existantes et en créer de nouvelles, plutôt que de modifier leurs proportions.

Utiliser le potentiel de l'épaisseur des murs

Lorsque les murs présentent une certaine épaisseur, c'est le cas des constructions massives en pierre, mais aussi des constructions à pans de bois complétées par une isolation, les baies constituent, entre la menuiserie et la face intérieure des murs, un espace potentiellement utilisable selon la position de la fenêtre. Ainsi, cet espace peu par exemple devenir une banquette pour la lecture et accentuer un cadrage sur le paysage. L'épaisseur des murs et la forme de l'évasement des encadrements/ embrasures influencent l'éclairage et la vue.

Les volets et sytèmes d'occultation

Dans le cadre de la création d'ouverture, le système d'occultation sera cohérent avec le choix du type d'intervention. Lors d'une rénovation à l'identique, il est préférable de restaurer, dans la mesure du possible, les volets en bois existants, extérieurs à deux battants. Mais ils peuvent, par exemple, être coulissants lors d'une intervention contemporaine.
Dans tous les cas, il est judicieux d'éviter les volets roulants à caissons apparents en façade.

Comment intervenir en toiture ?

Traditionnellement, les ouvertures en toiture sont rares et de petites tailles.
Respectez au maximum les percements existants en toiture, tout en prenant soin de vérifier leur valeur patrimoniale et de distinguer ceux de la maison et des dépendances. Il ne s'agit pas de reproduire un percement mal adapté.
S'il n'existe aucun percement en toiture, c'est l'observation des constructions avoisinantes, similaires à la vôtre, qui vous orientera sur le type de percement le mieux adapté.

Les principes à respecter sont les mêmes que pour la façade :

  • axer sur les ouvertures en dessous
  • les aligner horizontalement.

Pour limiter l'impact paysager : éviter de percer le tiers supérieur de la toiture.

Intervenir en saillie :

Privilégier la lucarne rampante, de dimensions modestes, ce qui limite et ponctue l'apport de lumière.
D'autres solutions sont envisageables telles que la création de lucarnes filantes type séchoir à tabac, qui créent une fente dans la toiture associant des pleins et des vides.
Exceptionnellement, pour permettre d'éclairer de grandes profondeurs, ou pour rendre habitables de petits espaces, des volumes contemporains peuvent être imaginés. Dans ce cas, le recours à un architecte est indispensable, afin de maîtriser l'intégration du volume.

Intervenir en creux :

Dans le cas de la création d'une loggia, il convient de reconstituer visuellement le plan de la toiture, par exemple : bardage ajouré.

Intervenir dans le pan de la toiture :
Verrières et fenêtres de toit, les principes d'implantation sont les mêmes que pour les lucarnes : à l'axe des fenêtres existantes, et alignées horizontalement (pas d'ouverture sur le toit du haut). Il est possible de hiérarchiser la dimension des ouvertures selon les espaces à éclairer.

Créer des puits de lumière / lanterneaux

Les percements en toiture peuvent être une solution alternative pour limiter les interventions sur la façade. Une verrière judicieusement mise en oeuvre peut compléter l'éclairage naturel obtenu par les fenêtres en façade s'il est insuffisant.

Pour une intervention sur la charpente

Selon la taille des percements, il peut être nécessaire de créer des chevêtres, qui permettent de reprendre les charges des chevrons* coupés. Les éléments principaux, fermes, et pannes intermédiaires doivent rester intacts. Il est indispensable de s'assurer de la continuité des matériaux assurant l'étanchéité à l'air, à l'eau, et la continuité de l'isolation thermique.

Avant de commencer les travaux n'oubliez pas :

Le remplacement des fenêtres et portes à l'identique nécessite le dépôt d'une déclaration préalable auprès de votre mairie. La création de percements entraîne une modification de la façade, d'où l'obligation de déposer un permis de construire auprès de votre mairie.

 

Vous avez des questions ?

Vous souhaitez rencontrer un conseiller ?

Par ici, nous avons des réponses  ! 

 

Vidéos

Vidéos

 

On parle beaucoup  de la rénovation thermique en France. C'est un des enjeux d'avenir pour retrouver une indépendance énergétique et développer des emplois. Eco-rénover pour économiser. "J'éco-rénove,  j'économise ! " L'éco-rénovation c'est isoler son logement, pour consommer moins d'énergie. Mais éco-rénover c'est beaucoup plus, quand on parle de bâti ancien ! Qu'en est-il réellement ?